Se promener à plusieurs est une expérience très e…
Se promener à plusieurs est une expérience très enrichissante mais elle n’est pas sans danger. Bien-sûr, il y a des dangers identifiables, nous n’allons pas nous promener en compagnie d’un chien agressif qui chercherait à nous blesser, nous ou notre chien. Mais il y a également des tas d’autres risques parfois moins évidents, que ce soit des risques pour la santé ou pour le comportement par exemple. C’est pour ça que l’on peut parler de la notion de casting en promenade collective, il y a des bons castings mais également des moins bons …

C’est un sujet très vaste, qu’il va être difficile de résumer. C’est un peu comme si j’essayais de développer, avec qui pourriez-vous devenir amis ? Et on voit déjà un petit non-sens là derrière. Les individus qu’ils soient humains ou canins ne se réduisent pas à des profils types. Il y a énormément de facteurs à prendre en compte dont comment vont réellement se passer les rencontres ! Néanmoins, il y a quelques notions qui peuvent être intéressantes à décortiquer.

Les risques

Je n’aime pas faire peur mais pour bien comprendre ce sujet, il faut avoir conscience des risques alors voici deux exemples à titre de prévention.

Un grand chien qui ne fait pas attention peut foncer dans un autre chien, potentiellement beaucoup plus léger, et lui faire mal. Beaucoup de petits chiens deviennent méfiants voire réactifs à force d’être confronter à ce type de comportement. C’est donc un danger pour leur comportement ainsi que pour leur santé.

Un jeune chien sensible promené avec des chiens aboyeurs ou réactifs peut tout à fait devenir lui-même aboyeur ou réactif. Ce genre de comportements peuvent également augmenter la peur dans certaines circonstances.

Les profils à risque

Certains chiens sont particulièrement stables. Ils peuvent subir ou voir des choses difficiles sans que cela ne les marquent. Ils se remettent très vite des mauvaises expériences et profitent au maximum des bonnes. Ces chiens peuvent se promener dans des circonstances pénibles sans que ce ne soit problématique pour leur comportement. Néanmoins, si d’un côté nous avons ces loulous peu sensibles, il existe également l’inverse. Certains chiens sont sensibles, ils font attention, ils apprennent en observant et la moindre expérience négative peut prendre des proportions inattendues. Ces loulous sensibles sont ce que je vais appeler un profil à risque d’un point de vue comportemental.

Les chiots qui sont en plein apprentissage, les chiots qui sont dans les phases de développement de la peur, les chiens sensibles, les chiens qui ont tendance à apprendre très facilement à travers le mimétisme, les chiens inquiets / peureux, … voilà des profils à risque toujours du point de vue comportemental. Mais on pourrait également parler de la santé et alors les chiots, les vieux toutous et les chiens ayant des problèmes de santé seraient aussi des profils à risque.

L’important c’est de se dire qu’au plus son chien rentre dans l’un de ces profils à risque, au plus il va falloir faire attention au choix de ses compagnons de balade parce que ce n’est pas anodin.

Qui se ressemble s’assemble ? Ou pas.

On pourrait essayer de dégrossir les choses avec des règles simples comme « qui se ressemble s’assemble » et effectivement, ça marche sur un certain nombre de cas. Deux chiens calmes peuvent promener ensemble et avoir des promenades enrichissantes. Deux chiens de même gabarit ont moins de risque de se blesser l’un l’autre. Deux chiens ayant besoin de marcher lentement et de faire des tours courts ou au contraire, de faire d’immenses randonnées pourront bénéficier d’une promenade agréable ensemble.

Néanmoins, il y a aussi de nombreux contre exemples. Promenez deux chiens inquiets ensemble et ils risquent de se relancer l’un l’autre et de s’angoisser. Deux chiens réactifs peuvent tout à fait se déclencher l’un l’autre. Deux chiens joueurs qui ne savent pas trop s’arrêter peuvent avoir des jeux endiablés qui peuvent tout à fait mal finir.

On pourrait alors croire que ce qu’il faut c’est un chien particulièrement équilibré et zen lorsqu’il y a un chien avec un « profil à risque » en matière de comportement, mais ce serait oublier beaucoup de choses. Par exemple, si je reprends l’un des chiens inquiets, il a peut-être très peur des humains. Le promener avec l’un des chiens réactifs pourrait être une mauvaise idée. Pourrait, ce n’est pas certain. Par contre, ce chien n’est pas juste « inquiet », il est un individu et du haut de son individualité, il peut tout à fait être parfaitement bien codé et à l’aise avec les loulous très joueurs. Au contraire même, potentiellement, ce loulou très joueur pourrait le détendre.

Ce qui est important c’est d’éviter de déclencher de mauvais comportements ou de mauvaises émotions. L’un des chiens ne doit pas se retrouver dans cette position de déclencheur. (Exemple : le chien qui a tendance à être inquiet pourrait être tout à fait détendu pendant la balade … s’il n’y avait pas un chien réactif en train d’hurler sur chaque personne que l’on croise.) Donc nous avons ce risque de déclencheur et nous avons un second risque qui est celui de la spirale infernale. Le premier chien déclenche le second qui redéclenche le premier … en boucle. Leurs comportements les emmènent à se compliquer mutuellement la vie.

Un autre exemple … Un chien possessif envers les bâtons qui va vouloir à tout prix les garder ne se promènent pas forcément facilement avec un chien qui ne fera que déplacer des bâtons … Ça risque de poser problème. A contrario, deux chiens possessifs envers leurs propres bâtons peuvent tout à fait s’ignorer l’un l’autre et ne pas avoir de problèmes !

Grosse diversité de gabarit, qu’est-ce que cela suppose ?

On a vu des soucis liés au comportement, mais comme précisé plus haut, ce ne sont pas les seuls problèmes possibles. Les grosses différences de gabarits supposent que les chiens les plus lourds sachent faire attention et qu’ils communiquent correctement. Les chiens les plus légers apprennent vite à se méfier malheureusement. Il y a également d’autres risques dont on parle peu. Pour pouvoir communiquer avec une très grande diversité de chiens, il faut que chacun apprenne cette diversité. Les museaux plats, les queues courtes, les poils bizarres, tout ça peut avoir une incidence dans la manière de se faire comprendre. Mais il faut également apprendre la diversité de gabarit sans quoi certains grands chiens peuvent mal réagir face aux plus petits. Je pense notamment aux cas de prédation potentiels.

Cela ne veut pas dire qu’il faut éviter de se promener ensemble ou faire des promenades par gabarit. Isoler les petits des grands ou les grands des petits n’est pas la solution idéale. Par contre, il convient de faire attention et d’entendre qu’il y a des risques que ce soit de prédation dans de rares cas ou simplement de bousculades beaucoup plus fréquemment.

Choisir une promenade en fonction de ses buts

Nous avons vu que les promenades peuvent répondre à différents besoins mais au-delà de ça, nous pourrions estimer que les promenades sont particulièrement formatrices, ne serait-ce qu’à cause du mimétisme. Les chiens ont tendance à imiter les autres. Ainsi, si je désire travailler le rappel, ce sera plus simple avec un groupe de chien revenant facilement. Si je désire aider mon chien a se calmer, à se poser et à profiter pleinement de l’exploration, ce sera plus facile dans un groupe qui colle à cette problématique. Si je désire que mon chien ne soit plus obsédé par les bâtons, mieux vaut un groupe où aucun chien ne transportera de bâtons et ainsi de suite.

Du coup, nous pourrions observer les balades collectives à travers plusieurs prismes. Pour que ces balades soient particulièrement riches, il faut aussi faire un bon casting. Ce choix de partenaires va nous aider en évitant de nous mettre en échec et au contraire en favorisant nos risques de réussites même si notre but est simplement que le chien découvre un nouveau lieu, remplisse ses besoins de contacts sociaux ou autre.

Beaucoup de personnes arrêtent les balades collectives avec un sentiment amer et ça a été mon cas. Mais au final, le plus gros soucis pour moi, c’était le problème du casting. Oser dire « non, je préfère que nos chiens ne se promènent pas ensemble », ce n’est pas grave. Ce n’est pas embêtant. Ce sont juste des profils qui ne se correspondent pas.

Alors bons castings et bonnes balades !