Quand j’étais gosse, cette question avait une rép…
Quand j’étais gosse, cette question avait une réponse évidente à mes yeux. Je désirais adopter un Rottweiler parce qu’ils m’impressionnaient et je pensais que la seule condition était de maîtriser son chien afin qu’il ne devienne pas un danger public.

Entre temps, j’ai grandi, j’ai découvert le chien, chose que je continue d’ailleurs de faire et que je n’aurais jamais terminée et la réponse à cette question est devenue beaucoup moins évidente. En réalité, je pense de plus en plus que la réponse devrait être : ce n’est pas la bonne question.

Je vous vois déjà la tête pleine d’images d’horreurs avec des chiens qui se jettent sous les voitures, se font écraser, attaquent les bébés dans leur berceau et les grands-mères derrière leur déambulateur. Un chien quand ça fait les actualités, c’est rarement pour de bonnes raisons et on aime entretenir cette peur, un peu cachée et pas réellement avouée, mais un chien c’est dangereux quand même. Effectivement, les chiens ont des dents.

Si on voit le chien comme un danger sur patte, il paraît forcément logique qu’il faut pouvoir le maîtriser. Si on voit le chien comme un individu suicidaire qui va mourir s’il sort du contrôle, effectivement, il faut aussi le maîtriser.

Seulement, ce n’est peut-être pas la bonne image du chien... Et si on voit le chien différemment, la réponse devient beaucoup moins évidente. Tout d’abord, le chien est un animal pacifique. Il n’y a qu’à commencer à apercevoir vaguement les signaux d’apaisement pour se rendre compte qu’ils aiment le calme et la paix. Les conflits les stressent, ils cherchent à les éviter et s’ils peuvent ils communiquent pour les réduire. Donc un chien (hors cas particulier) ne va pas manger la grand-mère derrière le déambulateur, ni le bébé dans le berceau d’ailleurs. Donc si le chien n’est pas maîtrisé, au pire, il va aller renifler la grand-mère. Nous sommes loin du drame annoncé, même si ça peut faire très bizarre à ladite grand-mère.

Peut-être que la question qu’il faudrait se poser c’est plutôt : comment faire en sorte que mon chien se maîtrise lui-même ? Car la question faut-il maîtriser son chien implique que ce grand animal très dangereux, il faudra le maîtriser en permanence sinon... je vous laisse piocher ce que vous voulez dans la grande liste des drames qui font peur. Le petit soucis, derrière ça, c’est que l’humain est faillible et si votre chien a vraiment envie de bouffer quelqu’un, il risque d’y arriver un jour ou l’autre. Ce n’est pas un soucis en soit, puisque normalement, ce n’est pas son envie et pour s’assurer que ce ne soit pas son envie, on a tout un tas de choses que l’on peut faire comme sociabiliser le chien, comme lui apprendre à aborder les gens calmement, comme lui apprendre à gérer les situations sans stress ni angoisse... Et quand on a un chien qui se maîtrise bien lui-même (ce qui peut-être un programme très complexe à mettre en oeuvre) alors la plus grande partie de sa sécurité et de la sécurité des autres sera déjà acquise. A partir de là, les défauts d'attention n’auront rien de dramatique tout aussi gênants soient-ils.

Alors ça ne veut pas dire que c’est OK si votre chien vous ignore et fonce sur les gens pour leurs faire la fête... c’est simplement "pas dramatique". Si en plus de sa maîtrise, vous avez un peu de maîtrise sur son comportement, on a peut-être le duo gagnant. Mais au final, entre les deux, le plus important, c’est encore d’avoir son chien bien dans ses pattes car c’est là dessus que reposera réellement la sécurité des autres, donc s’il faut travailler en priorité sur quelque chose, c’est peut-être là-dessus... tout en s’aidant de longe et de muselière si jamais c’est vraiment nécessaire ! Ce n’est pas parce qu’on admet que l’important c’est que notre chien se maîtrise lui-même, qu’il faut abandonner toute forme de contrôle de notre côté.

Donc voilà, ça c’est mon point de vue actuel autour de cette question, peut-être que ça évoluera, peut-être pas... mais je pense que ça reste une question importante autour de laquelle il faudrait que tout le monde réfléchisse, déjà parce qu’en terme de prévention morsure elle est capitale, mais aussi parce qu’elle permet de définir énormément de priorité. Par exemple peu importe que mon chien sache marcher en laisse, la maîtrise que ça montre ne va pas mettre qui que ce soit en sécurité... par contre, c’est peut-être important que quand mon chien ne se sent pas bien avec quelqu’un, il arrive à me le communiquer. Ce n’est pourtant pas l’apprentissage le plus commun qui soit, mais ça permet au chien de sortir d’une situation compliquée sans passer par l’option "grogner" (ce qui ne serait pas grave en soit, précisons-le) ou "mordre" (ça, ce serait grave). Peut-être qu’un assis ou un couché, ce n’est vraiment pas prioritaire face à l’idée de faire comprendre à son chiot que les gens sont sympas.

Bref, quand on commence à répondre à cette question, les priorités peuvent drastiquement évoluer et ça devient très intéressant. L’image du chien "bien éduqué" se modifie alors énormément. Je vous laisse y penser ;)
Florence

Florence

Super ! Merci question qui fait réfléchir effectivement. Je te rejoins quand tu dis que le duo gagnant c'est quand il y a de la maîtrise, gestion de part et d'autre. Qu'il est plus important d'apprendre au chiot à appréhender sereinement son environnement, plutôt qu'assis debout couché, fais un salto... Je pense qu'un chiot qui aura confiance en son guide et qui aura pu découvrir de façon agréable et non contraignante son environnement sera un chien bien (auto-) géré. Non ?
loic@mercimonchien.com

loic@mercimonchien.com

Merci pour cet article. J'ai le souvenir d'avoir été poussé vers la sortie de plusieurs groupe FB "d'éducation positive" pour avoir tenu ce genre discours, pour avoir aussi remis en cause l'utilisation de la cage, pour avoir osé critiquer le mouvement "ruban jaune" ou parler de l'excitation et de l'influence négative des jeux de balles... les choses évoluent, les lignes bougent et c'est tant mieux ! mais il y a encore du travail pour que cette vision se diffuse plus largement.