Cet article s’adressera autant aux particuliers, …
Cet article s’adressera autant aux particuliers, qu’aux personnes qui vont se retrouver en groupe (balade collective, …) ou aux personnes qui vont devoir gérer un groupe (professionnel, club canin, …).

L’éducation canine peut s’appuyer sur deux grandes formes de stratégies. On peut provoquer des accidents et les utiliser pour apprendre au chien à éviter de mal réagir. Ainsi, on favorise le mauvais comportement dans un cadre précis pour pouvoir le punir. Cette forme d’éducation ne me convient personnellement pas et je n’en parlerai pas beaucoup plus dans cet article. L’autre forme de stratégie est tout l’inverse, on propose un cadre de réussite, un cadre où le chien peut réellement y arriver et on félicite ses progrès.


education positive cadre de reussite

En tant qu’humain, vous avez un pouvoir décisionnaire important, vous pouvez décider d’emmener votre toutou au milieu d’une fête foraine ou préférer la forêt. Vous pouvez choisir de son mode d’éducation, de la manière dont ça se passera ou encore du lieu. Vous pouvez choisir les circonstances et si vous n’êtes pas tout puissant, vous pouvez néanmoins arriver à des résultats assez proches de ce que vous désiriez. C’est vous qui choisissez le cadre et c’est vous qui choisissez si vous voulez tout faire pour obtenir une réussite ou au contraire, tout faire pour obtenir un échec.

Ce choix de départ, il peut être presque inconscient, mais, c’est lui qui va moduler tout ce que l’on fait et c’est aussi lui qui va nous pousser vers de nouvelles pratiques. Par exemple, si vous n’avez pas le cœur de construire des pièges pour que votre chien tombe dedans afin de le punir, il va être difficile de l’éduquer en coercitif. Et si vous n’avez vraiment pas le courage d’organiser les choses pour que ça se passe bien, l’éducation positive va être très difficile d’accès. Enfin, si vous y allez au petit bonheur la chance, vous risquez de faire des mixtes de méthodes sans aucune cohérence.

En tant que particulier vous allez donc devoir devenir un petit maître d’orchestre qui maniera une partie de l’environnement autour du chien. Si vous n’aimez pas la musique ou si c’est plus parlant pour vous, vous pouvez être un metteur en scène organisant une pièce de théâtre.

Alors gérer les choses autour d’un seul et unique chien, c’est déjà peu évident. Si vous en adoptez davantage ou si vous adoptez des profils complexes, ce sera d’autant plus compliqué. Il faut devenir un très bon metteur en scène, le genre qui est capable d’évaluer si le public va envahir l’estrade comme une bande de fou furieux ou pas. Ce n’est pas un boulot évident de créer un cadre de réussite et c’est normal d’avoir des échecs de temps à autres. Ce sont ces moments formateurs qui nous apprennent à devenir meilleurs.

Mais imaginons que vous soyez moniteur dans un club canin (association) ou éducateur canin (professionnel). Vous avez un terrain devant vous et vous allez proposer un cours. La mise en scène que vous allez choisir est très importante. Cette mise en scène est définie par le nombre d’inscrit, le profil des chiens, l’organisation, comment on rentre sur le terrain, où on se gare, qu’est-ce qu’on fait avant le cours ou après, … Chacun des petits détails jusqu’aux consignes données vont être importants.

En fonction de la mise en scène, le meilleur intervenant du monde peut se retrouver à donner un cours horrible (chose qu’il risque de refuser de faire !). Ici, il ne s’agit pas uniquement des compétences de la personne, mais vraiment du cadre dans lequel elle peut évoluer sainement. En tant qu’animateur de cours (bénévole ou professionnel), il est très important de réfléchir à sa mise en scène. En tant que particulier venant assister à un cours, on se place un peu comme le public dans la salle, on peut observer et voir ce qu’il se passe.

Prenons un exemple : sur un terrain clos tourne une vingtaine de chiens. Ils sont espacés d’un ou deux mètres seulement. Ça commence déjà plutôt mal, car personne ne pourra prendre une véritable distance de confort en cas de soucis. Si un chien commence à mal réagir et que l’intervenant le laisse sur le terrain, la bagarre qui suivra est attendue que ce soit autour de ce chien ou de l’autre côté du terrain, là où les gens se seront rapprochés. La promiscuité ajoutée à la tension ambiante, ce sont des facteurs qui favorisent énormément ce type de problèmes. De part l’environnement, le cadre, nous provoquons le problème.

education positive facteur aggravant

Si cela arrive, c’est de la responsabilité de l’intervenant qui a choisi de respecter et de faire respecter ce cadre. Heureusement, nous pouvons à tout instant choisir d’améliorer le cadre afin d’augmenter les chances de réussite. Par exemple : il y a trop de monde ? Refuser certaines personnes, refuser certains chiens, proposer de décaler un rendez-vous, proposer d’aller se balader dans les environs en attendant la fin du premier passage, proposer un exercice de calme (par exemple) à une distance où le chien peut réussir, … Après coup, nous pourrons mettre en place d’autres manières de gérer les choses afin d’améliorer les choses (confirmation de présences, divisions des groupes, section spéciale pour certains chiens, ajout de paravant pour aider certains chiens …).

Si les accidents arrivent malheureusement, reproduire le même accident encore et encore, ce n’est plus quelque chose d’involontaire. Et ça, c’est typiquement ce qui doit nous mettre en alerte. Si à chaque séance, nous voyons le même problème apparaître, avec la même résolution foireuse, c’est que quelque part, l’intervenant le choisit (peut-être inconsciemment). Il est vraiment de sa responsabilité de gérer les choses pour éviter les accidents et offrir un cadre intéressant pour tout le monde.

Donc que vous soyez des particuliers, des bénévoles ou des professionnels, que vous soyez en charge de créer un cadre de réussite ou que vous soyez simplement spectateur, il est très intéressant lorsque l’on voit quelque chose qui se passe mal (chien ou humain angoissé, bagarre, chien ou humain totalement distrait, …) d’essayer de trouver les points d’améliorations. Tout ces détails qui transformeraient notre cadre d’échec en cadre de réussite. En apprenant à faire cette gymnastique, on apprend à devenir de bien meilleur pédagogue pour nos chiens !
Orithyia

Orithyia

Merci pour cette article ! Aujourd'hui ça me semble évident, mais il m'a fallu un moment avant de me rendre compte que j'attendais que mon chien s'adapte à 100% à ma vie sans rien faire pour l'y aider ! Alors on apprends de nos erreurs, aujourd'hui pour les absences, il n'a plus accès qu'au salon, où tout ce qui craint est rangé (d'expérience), plein d'occupation, un carton à bordel, et bizarrement, il est sage ! En tout cas, c'est super des articles pareil, ça aide beaucoup à se remettre en question, ce qui pour moi constitue les 3/4 du travail :)