Quel super-pouvoir aimeriez-vous avoir ? Le pouvo…
Quel super-pouvoir aimeriez-vous avoir ? Le pouvoir de voler ? Celui de vous rendre invisible ? Devenir immortel ? Sur l’immensité des super-pouvoirs que l’on pourrait avoir, on a tous pioché un pouvoir qui ressemble à une sacrée mauvaise pioche un peu comme le super-pouvoir de parler aux grenouilles ou celui qui consiste à pouvoir sauter à cloche pied pendant des heures. En plus ce pouvoir, il a un nom bizarre et beaucoup beaucoup trop long … ANTHROPO-MORPH-ISME … La blague ! Et en prime, assez souvent on le désigne du doigt comme s’il n’était pas un super-pouvoir, mais plutôt une super-malédiction.

Vous connaissez l’adage … Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités. Autrement dit, notre super pouvoir, il va falloir l’utiliser avec intelligence, sinon bonjour les catastrophes.

Avant d’aller plus loin, prenons une minute pour voir ce que c’est exactement l’anthropomorphisme :





Donc nous pouvons tous attribuer des sentiments, des idées, des émotions, des volontés, des buts … aux animaux alors que potentiellement, ils n’ont absolument pas ça en tête. Effectivement, ça ressemble plus à une malédiction qu’à autre chose. Après tout, le but, c’est de comprendre réellement l’animal, pas de lui prêter des trucs qu’il n’a pas.

Alors, l’anthropomorphisme peut être source de beaucoup de problèmes pour l’animal qui peut se retrouver totalement incompris. Prenons l’exemple de ce chien anxieux qui cherche à calmer la situation et qui voit l’humain face à lui qui s’énerve parce que « ça se voit » que le chien vient de se venger et qu’il se sent coupable ! « Ça se voit » … sauf que ce n’est pas ce qui est en train de se passer. Prenons un autre exemple d’une personne qui toilette et qui parfume son chien parce qu’il aime se sentir ainsi pouponné. Elle en est sûre, mais son chien, lui, fera de son mieux pour se débarrasser de l’odeur au plus vite.

L’anthropomorphisme est très dangereux dans plein de situations … comme beaucoup d’autres super-pouvoir, il peut s’avérer très destructeur mit entre de mauvaises mains, même si elles sont potentiellement bien attentionnées.

Cependant, l’anthropomorphisme peut également être un allié de choix. Nous avons vu dans la vidéo que pour trancher et découvrir ce que pensent les animaux, ce qu’ils ressentent ou encore comment ils appréhendent le monde, on peut effectuer des expériences et essayer de faire un travail de détective. Néanmoins, avant que ce travail ne soit fait avec le sérieux qu’il mérite pour éviter les mauvaises interprétations (oh ! encore un super-pouvoir qui peut mal tourner !), nous pouvons nous appuyer très largement sur l’anthropomorphisme. Naturellement nous avons tendance à prêter beaucoup de choses aux animaux, des choses que nous connaissons bien, des choses humaines. Dans le lot, nous faisons quelques erreurs, mais très souvent, ça colle et ça permet une meilleure compréhension. Essayez de se mettre à la place de son chien, c’est une très bonne chose parce que ça permet de déclencher un autre super-pouvoir : l’empathie.

Comment tu te sentirais si un géant arrivait sur toi pour te frapper ? C’est ce que peut ressentir un chien qui te voit arriver avec la main en l’air. L’empathie est quelque chose de très important à mon sens, sinon, comment et pourquoi se montrer bienveillant ?

Alors comment utiliser nos super-pouvoirs avec intelligence ? Ça pourrait peut-être se résumer à une série de conseils.

Par exemple : prendre du recul sur nos observations et sur les émotions, les idées, les intentions, les buts que nous prêtons à nos animaux. Juste se dire « peut-être que je me trompe » et observer, encore et encore. Nous n’observons jamais assez !

Plus important : ne pas prendre une décision violente voire même simplement intrusive. Autant que possible, il convient de laisser à l’animal des portes de sorties, des possibilités de faire autrement, … Il s’agit d’être bienveillant. Vous pouvez réellement croire qu’il se venge, tout peut vous le crier. Vous pouvez réellement croire que votre chien aime se faire parfumer. Tout peut vous le montrer. A la fin, seuls vos actes comptent. Peut-être que vous pourriez travailler sur les causes des « vengeances » de votre chien afin d’avoir une approche amicale malgré tout. Et vous pourriez peut-être offrir des chiffons imbibés de parfum à votre chien pour qu’il puisse se rouler de tout son saoul dedans s’il désire vraiment ça. Offrez des opportunités au lieu d’imposer. Avec un peu de malice, on peut vraiment utiliser l’anthropomorphisme à bon escient. Ne le laissez pas vous amener dans ses pires travers, vous valez mieux que ça !

Enfin : observez encore, observez toujours, gardez toute l’empathie qui pourrait découler de votre super-pouvoir et laissez tomber les rancœurs, les colères, l’amertume et tout ce qui pourrait venir vous faire du mal. Et en cas de doute, vérifiez ! Peut-être que des expériences ont déjà été menées pour voir si ce que nous chuchote l’anthropomorphisme au creux de l’oreille a déjà été évalué ou pas. Essayez de fouiller, de comprendre les expériences et leurs portées. L’important c’est qu’à l’arrivée, vous puissiez mieux comprendre votre chien et pour ça, tout les outils peuvent être intéressants !
Maggie

Maggie

je suis entièrement convaincue pour l'essentiel mais je suis en panne de solutions pour certains comportements au cours desquels le chien comprend très bien ce qu'on veut ou qu'on ne veut pas du genre aller sauter sur moi ou un passant par excitation , on voit très bien le chien marquer un temps d'arrêt prendre acte et renouveler son comportement, si je fais de l'anthropomorphisme je dirais que c'est du défi, elle me nargue et sinon c'est quoi alors ??
Céline

Céline

@Maggie pourquoi pas un manque de motivation (ou un trop plein de motivation) ? Un manque de compréhension ? En général, quand on a l'impression que le chien comprend "très bien", on est justement dans une situation où le chien n'a pas bien compris. En se mettant à la place de son chien on peut essayer de comprendre ce qui l'intéresse et quels sont ses buts :) A nouveau si la conclusion anthropomorphique t'énerve ou ne t'aide pas à aborder la situation dans le calme, autant l'écarter !